Les clôtures pour chevaux : bonnes pratiques et astuces !

  • Publié le 7 mars 2019
  • 5
  • 0

Rien de tel qu’un petit article au sujet des clôtures qui protègent nos équidés. L’hiver peut être un moment judicieux pour revoir l’intégralité des enclos, barrières, rubans, fils et autres piquets des prés et paddocks. Avec une végétation raréfiée en cette période, c’est le meilleur moyen d’y voir bien clair, en tout cas plus clair qu’au beau milieu du printemps. Les coups de vents hivernaux peuvent malheureusement être à la source d’une dégradation de vos clôtures.

Avez vous investi dans le nec plus ultra ? Avec force belles barrières, rubans électrifiés mais camouflés (esthétique oblige), ou êtes vous davantage portés sur un aspect pratique et mobile ? Vous disposez d’un circuit électrique global ou alors avez vous besoin de batteries déplaçables ? (Vous devez régulièrement changer vos chevaux d’endroit, et leurs clôtures en même temps - ou bien, vous n’êtes tout simplement pas propriétaire des lieux, et il serait dommage d’investir des sommes trop importantes en clôtures en dur...).

Le choix du matériel dédié à l’installation de clôtures est gigantesque. Ce qui va constituer votre équipement dépend aussi des contraintes environnementales et des chevaux qui vivent dans le périmètre choisi… Equishopping vous propose quelques lignes sur ces aménagements indispensables que sont les clôtures en tout genre pour équidés.

Rappels sur les détails importants

De la même manière que l’on va apporter du soin dans le choix des murs de notre maison et de sa porte d’entrée, il va être question de réaliser des clôtures efficaces pour nos équidés. On conçoit différemment une clôture selon que des shetlands s’y trouvent, ou bien des chevaux entiers. Ainsi, nous pouvons avoir les repères suivants en fonction des individus qui se trouvent dans des prés/paddocks.

D’une manière générale, les espaces entre les piquets peuvent aller de 3 à 5 mètres. Ce delta dépend des matériaux dont sont composés les piquets, de la clôture installée (ruban, fils…), ainsi que des conditions climatiques. On songe en particulier à l’exposition du paddock et donc aux vents qui balayent majoritairement l’endroit. Du point de vue des rangs de fils et/ou rubans, leur nombre et leur hauteur reposent sur les types d’équidés qui évoluent dans l’aire qui leur est dédiée. Les références (qui sont surtout des indications) :

  • Cheval/grand poney : 2 rangs minimum, à environ 80 cm et 140 cm du sol.
  • Jument suitée/foals : 3 rangs minimum, à environ 50 cm, 90 cm, et 130 cm du sol.
  • Entier : 4 rangs minimum, à environ 50 cm, 90 cm, 130 cm et 170 cm du sol. Si un entier doit évoluer dans un pré à côté duquel se trouvent d’autres chevaux, notamment des juments, il est fort conseillé de former un couloir entre les clôtures des deux paddocks. Cette mesure peut s’avérer rassurante, et d’éventuels dégâts peuvent ainsi être évités en limitant la proximité entre des équidés qui ne réagissent pas forcément pareil sous l’influence de leurs hormones respectives :-).
  • Shetlands/petits poneys : 3 rangs minimum, à environ 20 cm, 50 cm, et 80 cm du sol.
  • Ânes : 2 rangs minimum, à environ 75 cm et 120 cm du sol.

Idéalement, le fil de clôture le plus bas doit être à hauteur de genou et le fil le plus haut se situe à niveau de nez. La volonté étant par le biais de ces hauteurs de fils, de diminuer les risques d’accident. De plus, un équidé ayant des velléités d’évasion ou tout simplement très en confiance avec son enclos, aura tôt fait de s’éloigner de la clôture s’il sent le courant en approchant ses vibrisses (les vibrisses sont les moustaches ! Elles permettent au cheval de tâtonner et d’appréhender son environnement, puisqu’il ne dispose pas de mains et de doigts).

Il faut savoir que si du fil barbelé est employé pour clôturer, il est formellement interdit de l’électrifier. Dans le cadre d’une clôture située dans un établissement ouvert au public, le barbelé est totalement proscrit. En ce qui concerne l’électricité passant à travers une clôture, il doit être mentionné sur la clôture que le fil/ruban est électrifié. Cela vaut pour les espaces clôturés et électrifiés qui sont situés en bordures de route ou de zones auxquelles le public a accès.

L’électricité

Qui dit conductivité électrique dit circuit en bon état. C’est ici qu’il s’agit d’apporter une attention particulière à tout ce qui va favoriser un bon passage du courant à travers la totalité de la clôture. Il était évoqué plus haut la végétation, eh bien si cette dernière envahit vos fils et rubans, le courant risque de moins bien passer. La qualité des isolateurs est elle aussi importante. En conséquence, des adaptateurs à leur place (différencier les isolateurs en ligne de ceux situés aux angles des clôtures), contribueront à l’efficacité de la clôture !

Il est intéressant de se pencher sur les matériaux qui composent fils et rubans. L’acier est certes résistant, toutefois il assure une moins bonne conductivité que l’aluminium et le cuivre.

Enfin, si vous devez effectuer des raccords, essayez autant que faire se peut de ne pas opter pour les noeuds. Cela concerne aussi bien le fil que le ruban, car d’une manière globale la conductivité est très amoindrie si des noeuds se mettent sur son chemin.

Même si vous optez pour une clôture en bois, il peut s’avérer indispensable de renforcer l’intérieur des lices par une ligne de fil électrifié. Ainsi, les notes au sujet de la conductivité valent aussi bien pour ce type de configuration. Il faut parfois envisager le circuit électrique assez précisément (gaines et fils sous terre afin que le courant passe même si la porte de la clôture est ouverte). Cela nous amène à évoquer les prises de terre. L’efficacité de la clôture va dépendre de ces prises, qui au contact d’un sol humide, et reliées à la borne terre de l’électrificateur vont assurer le passage du courant, et donc l’action recherchée de la clôture.

Clôture basique mais efficace

Les clôtures que l’on qualifie de temporaires ne doivent pas être moins efficaces que celles qui ont vocation à durer sur plusieurs années. Afin de pouvoir chiffrer ce genre d’installation, il faut en tout premier lieu connaître le périmètre de l’espace à clôturer, et savoir combien mesurent les bords de cet espace. À superficie égale, le nombre de mètres de clôture ne sera pas le même en fonction de la forme de l’espace. Sans surprise, le piquets ou poteaux plastiques seront plus abordables que ceux en bois. Néanmoins, afin que la clôture résiste aux vents, aux petits équidés malins qui auraient tendance à se frotter aux frontières de leur environnement, il est possible d’alterner la matière les poteaux. En sachant, que les poteaux d’angles doivent plus robustes et résistants que ceux employés sur les lignes. Ainsi, en angle, privilégier les poteaux bois, et alterner poteaux plastique/bois sur les lignes. En disposant un poteau tous les 4 mètres, et sur un dispositif qui s’adresse à des malins (3 rangs de fil entre chaque poteau !), il est envisageable de poser du ruban sur le rang du milieu, et du fil en haut et en bas. Le ruban est important car il est bien plus visible de l’oeil du cheval.

Afin de privilégier l’aspect sécurité, tout en préservant une bonne conductivité, on peut se tourner vers du fil dont le métal composant est de l’aluminium. Le courant y passe fort bien, et les blessures en cas de membres coincés sont facilement évitables puisque le fil se rompt aisément.

Les éventuelles réparations à prévoir dans ce genre de situation sont ultra rapides et simples à réaliser. Quand bien même on établit une clôture temporaire, il peut être judicieux de privilégier de bons isolateurs. D’une part, car ce n’est pas le matériel le plus onéreux au regard du coût globale d’une clôture, et d’autre part cela vous fera gagner du temps. La clôture temporaire signifie également : électrificateurs sur batterie. Une fois votre clôture installée, munissez vous d’un contrôleur de clôture (certains modèles sont à moins de 10 euros) et procédez aux vérifications de rigueur, avant que vos équidés n’investissent les lieux.

Clôture permanente

Dans le cadre de l’installation d’une clôture permanente, le choix est on ne peut plus vaste. Budget, esthétisme, environnement périphérique à la clôture, type de chevaux logés, sont les axes qui vont définir le choix de cette clôture définitive. La clôture permanente, si elle s’intègre ailleurs que dans une structure appartenant à des particuliers, prend par à l’image. Autrement dit, une structure équestre qui accueille du public, peut à travers ses clôtures optimiser l’image qu’elle cherche à véhiculer auprès des visiteurs.

Assez logiquement, les matériaux adoptés pour une clôture permanente vont devoir faire preuve de robustesse, durer dans le temps, être simples à entretenir, être adaptés aux équidés, et s’intégrer harmonieusement à la zone dans laquelle ils se trouvent. En toute logique, l’investissement dans le matériel consacré à cette clôture permanente est autrement plus important que celui que l’on dédie à du matériel pour clôture temporaire. Toutefois, les fabricants proposent de nombreuses personnalisations en matière de matériaux, et les études de projets se font de la même manière que pour le choix d’une cuisine ! Du tout en un et la garantie que les installations sont adaptées. Que vous vous dirigiez vers de la clôture bois (doublé fils), pvc, mixte (poteaux bois/rangs de fils), bois/ ruban, etc. les combinaisons sont nombreuses et votre étude de marché peut vite relever du casse tête tant le choix des matériaux et les offres sont vastes. Néanmoins, en sachant précisément quelle superficie doit être clôturée, combien de chevaux et quels tempéraments/physiques y sont mêlés, ces informations pourront aiguiller vos interlocuteurs afin de vous aider à trouver le format le plus proches de vos attentes financières, sécuritaires, et esthétiques.

En bref :

  • être vigilant à la végétation environnante afin que la conductivité ne soit pas amoindrie
  • ne surtout pas oublier le testeur de courant ;-)
  • être rigoureux(se) dans le choix des fils (acier, alu etc.) en fonction de ce que vous souhaitez privilégier (robustesse, conductivité ?)
  • avoir en tête les dimensions de la parcelle à clôturer pour acheter et installer au mieux la clôture
  • les prises de terre sont efficaces dans des sols meubles et humides
  • oublier les raccords sous forme de noeuds
  • vouloir un coût raisonnable, mais favoriser la sécurité avant tout

Vous avez installé une clôture temporaire efficace et pratique ? Quelles sont vos astuces et conseils ? Si votre structure accueille des clôtures permanentes, comment avez vous choisi votre matériel et que pourriez vous conseiller à celles et ceux qui voudraient se lancer dans ce type de projet ?

Vous avez trouvé cet article intéréssant ?

A propos de l'auteur

equirodi

Depuis 2006, Equirodi connecte le monde du cheval grâce au site d’annonces équestres Equirodi.com. Référence incontournable sur le marché français, Equirodi est aussi présent à l’international. Chaque jour des milliers de passionnés de cheval et d'équitation se retrouvent sur Equirodi pour acheter et vendre chevaux, camions, propriétés, matériel, selles, pensions, stages, emplois... et bien plus encore.