Choisir une selle de cso

  • Publié le 10 octobre 2018
  • 1
  • 0

Faire l’acquisition d’une selle de cso représente l’une des promesses pour mener de belles séances de travail à l’obstacle avec votre monture, et très probablement vous assurer un réel confort lors de vos participations en concours ! La selle orientée exclusivement cso, quelle qu’en soit la marque, est essentiellement conçue pour proposer au cavalier une monte proche du cheval.

Grâce à des lignes et à des découpes qui favorisent la position en équilibre et la liberté de mouvements, l’enjeu est de donner au cavalier la possibilité de se faire discret, tout en lui permettant de retrouver une place idéale entre les obstacles à franchir. Une selle de cso, choisie et essayée scrupuleusement, c’est aussi et surtout un gage de confort pour le cheval.

Comment s’y retrouver dans le marché des selles, qui aujourd’hui plus que jamais, propose de très nombreux modèles ?  Quelles sont vos priorités (prix, affinités avec certains fabricants, rythme d’utilisation, matières, détails, personnalisations etc.) ? À suivre, quelques pistes de recherches et de réflexions afin de vous aider à y voir plus clair !

La selle de cso : examiner le cheval puis les besoins du cavalier

À l’instar de tout autre modèle de selle, le principal intéressé en ce qui concerne l’utilisation du matériel d’équitation, reste le cheval. Pas de chance, il ne pourra pas vous parler et vous dire si ses épaules sont comprimées lorsqu’il se déplace, si sa colonne vertébrale est correctement libérée une fois sanglé et avec son cavalier sur le dos, ou bien si son garrot est engoncé durant les exercices. Ces quelques exemples, ce sont des paramètres qui en fonction d’une selle à une autre et d’un cheval à un autre, devront être vérifiés par un oeil éclairé et ressentis par un cavalier concerné et à l’écoute de la locomotion de sa monture.

Parallèlement, quels sont les points sur lesquels le cavalier souhaite se pencher en choisissant sa selle ? D’aucuns ont le bassin mobile mais savent faire preuve d’une grande stabilité : ainsi, pas nécessairement besoin d’élire une selle au siège creux ou semi creux. Cependant, il est important de ne pas se diriger vers un siège plat par exemple, uniquement par souci d’esthétique ou dans l’ambition de se “challenger”. La forme et la taille du siège doivent correspondre à la morphologie du cavalier.

D’autres chercheront de quoi caler une jambe ayant tendance à se balader : des taquets peuvent être intégrés à la selle afin d’encourager davantage de fixation du bas de jambe. Encourager, et non pas contraindre. Le taquet sur ce type selle, permet principalement d’apporter un support au cavalier en cas d’incident. Notamment si le cheval pile très énergiquement face à une barre. Les puristes à la position académique se dirigeront parfois vers des modèles de selle au siège plat et sans fioritures. Autrement dit, avec un seul taquet à l’avant des quartiers… C’est ici que les préférences d’ordre tout à fait personnel, et propres à chaque individu entrent en jeu !

Repères indispensables

À l’image d’un manteau ou d’une veste trop étroits, la selle de cso s’envisage sous plusieurs angles.

En premier lieu : l’arçon. Sa taille et sa forme ont un impact direct sur la mécanique du cheval et du cavalier. La forme et la superficie des panneaux, ainsi que la matière qui constitue le rembourrage. Ce dernier, majoritairement proposé en laine, en latex ou en mousse, n’aura pas la même incidence sur chaque cheval. Cela se vérifie principalement sur des chevaux qui évoluent sur d’assez grosses épreuves. Assez logiquement, plus le cheval va s’étendre et se propulser, plus les chocs induits au moment de la réception - et au moment où le cavalier va revenir à sa place vont devoir être absorbés.

L’ouverture de garrot sur l’arçon, autre élément incontournable qui quelque part est assez simple à déterminer. Sans avoir besoin d’être à cheval, le simple fait de poser la selle sans tapis et sans amortisseur sur votre monture pourra vous renseigner sur sa correspondance avec la morphologie du garrot. Du vide doit être visible entre la selle et le dos du cheval, et trois doigts (tout dépend de la taille des doigts !) doivent pouvoir passer en largeur au niveau de l’arcade (pommeau), entre la selle et le garrot. La taille et l’avancée des quartiers ont aussi leur importance.

Le cavalier de cso chausse traditionnellement court ses étriers. Cela signifie qu’en fonction de la longueur de jambes, et de la façon de se mouvoir à cheval, des quartiers avancés satisferont techniquement les grandes personnes. Dans le cadre des jeunes chevaux, qui ne sont pas encore étoffés et/ou musclés grâce au travail, il faut réaliser qu’une selle adaptée à un 4 ans aura bien des chances de ne plus convenir deux ans plus tard (voire même avant).

Que peut rechercher le cavalier ?

À partir du moment où plusieurs modèles de selles adaptés à la morphologie du cheval sont proposés ou envisagés, il s’agit enfin de considérer les détails qui iront en faveur du confort et de la technique du cavalier. En fonction de la position naturelle de chacun(e), de ce qui devra être amélioré ou conforté, les détails de chaque selle pourront avoir une incidence. En sachant que même les cavaliers professionnels sont parfois amenés à se faire conseiller lors d’un changement de selle, n’hésitez pas un instant à demander à votre coach de vous observer lors des essais !

Sur votre cheval à l’arrêt, comment s’oriente votre bassin ? Comment vos jambes se positionnent spontanément ? Vous sentez-vous à l’aise dans vos fesses ? Ressentez-vous une gêne dûe aux ardillons des contre sanglons (cela peut se contourner avec des modèles de selles au sanglage bas ou en monoquartiers) ? Votre haut du corps est-il happé vers l’avant ? Puis, en entamant une séance lambda, comment sous sentez-vous sur votre cheval en début de détente et aux trois allures ? Assis dans votre selle ou en équilibre ? Vous éprouvez des difficultés à rester en équilibre de manière générale, et vous recherchez une selle qui favorise ce moment ? Vous désirez mieux revenir à votre place entre les obstacles afin de bien travailler votre galop sur un enchaînement ? Autant d’enjeux et d’objectifs à examiner lors des essais !

Essayer, essayer, essayer …

À priori dans une démarche qui se porte sur le long terme, c’est le moment de prendre son temps. “Essayer, c’est adopter” ou pas ! On évite la précipitation, et on s’arme de patience. Suivant le canal par lequel vous passerez - commercial d’une marque qui se rend dans la structure où vous montez afin de vous proposer plusieurs modèles à l’essai, vente entre particuliers, selle que vous projetez d’acheter par le biais d’une sellerie…- sachez que le recours à une caution peut être un excellent moyen de procéder à plusieurs essais de selles, sur plusieurs jours, et ce de manière tout à fait honnête.

Références élémentaires

Si vous jetez votre dévolu sur une selle d’occasion (cela vaut pour les occasions très récentes également), faites preuve du plus grand discernement en observant la qualité de l’arçon. Élément invisible tout en étant une pièce maîtresse de la selle, l’arçon doit être en parfait état. Autrement dit, il ne faut pas qu’il plie “trop” lorsque vous essayez de le faire fléchir l’arçon en posant le pommeau de la selle au dessus d’un de vos genoux, et en prenant le troussequin d’une main en vue de les “rapprocher”. À ce moment, vous devez être face à un arçon plus ou moins souple, mais aucun cas démesurément plié.

Chacune des coutures de la selle doit être en bon état, notamment dans la zone des contre sanglons. Les couteaux d’étrivières, doivent être arrimés parfaitement, au même titre que les anneaux situés de chaque côté du pommeau. Toutes les zones rembourrées de la selle (matelassures, bourrelets à l’avant des quartiers) doivent avoir un aspect homogène.

Si vous constatez des creux, des bosses, ou tout simplement un cuir craquelé en ces endroits, peut être qu’il vous faudra envoyer la selle se faire rembourrer ou diagnostiquer par un sellier bourrelier. Les cuirs trop souples ou trop secs peuvent également poser problème.

Certaines personnes, pensant faire une bonne affaire en achetant une selle un peu sèche car peu utilisée, se lancent dans un programme intensif d’hydratation du cuir… À titre d’exemple, de l’huile posée au pinceau chaque jour pendant une semaine ! Visuellement satisfaisant, mais de possibles désagréments à la clé par la suite. Les coutures d’une selle trop hydratée vont s’abîmer très rapidement. Un cuir trop nourri, risque de se déformer (on pense au siège et aux bourrelets qui la plupart du temps sont en cuir très souple).

Selliers et fabricants

L’intérêt majeur lorsque l’on passe par en direct par une marque ou un fabricant est tout simplement la garantie. Que cela concerne la sécurité, au travers des nombreuses vérifications de la selle avant qu’elle soit mise sur le marché, ou bien la possibilité d’apporter des modifications ou des échanges si le matériel venait à ne pas totalement convenir, cette organisation a le mérite d’être plus poussée que lorsque l’on traite entre particuliers.

De nombreux fabricants s’inscrivent dans une démarche de fidélisation de leur clientèle, et désirent que les collaborations soient pérennes. Au regard de clients hétéroclytes, le marchand honnête aura à priori à coeur de vous faire acheter une selle qui colle au plus près à votre cheval et à votre équitation. Les cavaliers pour qui le facteur budget n’est pas la première préoccupation, pourront également décider de se faire fabriquer une selle sur mesure. Si d’aventure la selle est utilisée sur plusieurs chevaux, des ajustements peuvent être proposés et réalisés… De même, ce sera aussi l’occasion de choisir des détails esthétiques qui en plus des paramètres techniques vous permettront d’acheter la selle de vos rêves.

Une selle d’occasion ?

On peut entendre ou lire qu’une selle d’occasion a été “cassée” par un cavalier professionnel. Cela sous entend en théorie, qu’avec une position “professionnelle”, la selle a vécu dans le bon sens du terme. Or, chaque équitation est différente tout comme les morphologies des cavaliers ! Ce genre d’argument ne dispense en aucun cas des essais de rigueur et des vérifications au sujet de l’état intrinsèque de la selle. En revanche, investir dans une occasion peut constituer un compromis idéal si le budget consacré à cet achat est limité.

Qualités de la selle VS Qualités du cavalier

Votre équitation ne peut être révolutionnée sous prétexte que vous changez de selle, tout comme une selle moyennement adaptée ne vous rendra pas plus mauvais(e) ! Les qualités d’une selle de cso optimiseront vos propres atouts, ainsi que le confort du cheval. Un travail harmonieux avec votre monture et des résultats probants en concours de saut d’obstacles dépendent certes de l’utilisation d’un matériel bien adapté, mais surtout d’une rigueur et d’une bonne compréhension de ce que vous faites à cheval (de quelle façon vous le faites et avec quelle implication !).

En bref

  • Se renseigner, beaucoup, et ESSAYER avant d’investir
  • Bien connaître sa morphologie pour lancer des recherches de selles qui correspondront à votre anatomie
  • Penser “cheval” : c’est lui qui essuie éventuellement le premier inconfort d’une selle non adéquate, et qui subit les mouvements d’un cavalier mal installé sur son harnachement
  • Garder en tête que l’on ne naît pas “expert”, on peut simplement tendre à le devenir à force de travail et de questionnements ! (La selle ne constitue pas de remède miracle à des lacunes à cheval)
  • Votre budget est important, mais laissez la place à la surprise à travers des essais de modèles auxquels vous n’auriez pas nécessairement pensé
  • Solliciter des spécialistes qui n’ont pas d’intérêt particulier à vous diriger vers une marque précise. L’important, c’est l’adéquation entre l’outil et vous, et votre cheval.
Vous avez trouvé cet article intéréssant ?

A propos de l'auteur

equishopping

Fondé en 2008, EquiShopping.com propose des outils de recherche conviviaux, un contenu attractif et un système de navigation rapide qui permettent aux consommateurs de trouver, comparer et acheter avec confiance. Les cavaliers et les propriétaires de chevaux peuvent utiliser le moteur de recherches ou la navigation par famille de produits pour consulter les offres des marchands. La navigation est divisée en grandes familles : selles, briderie, équipement cavalier, équipement cheval, écurie, transport, livres, multimédia, cadeaux, art, vacances et immobilier ; et des centaines de sous familles. Ils peuvent aussi accéder à une sélection de produits classés par discipline équestre (dressage, CSO, endurance, complet...) ou encore par marque. A ce jour, plus de 400 marques sont référencées. Le visiteur a également accès à la fiche de présentation du marchand sur laquelle il retrouve notamment, les conditions de vente et de livraison du marchand, la localisation du magasin physique, les programmes de remise, fidélité ou encore parrainage d'amis. Dans les prochains mois, de nouveaux services seront développés avec pour objectif d'améliorer la recherche, la comparaison et l'achat de produits et de services pour le cheval et le cavalier sur Internet.